MuguetNous connaissons l’expression : ‘En avril, ne te découvre pas d’un fil ; en mai, fais ce qu’il te plaît’. Si nous pensons à début avril dernier, cette recommandation ne s’est pas vraiment vérifiée, tellement il faisait doux dehors…, donc relativisons cela.

Et en mai, allons-nous faire ce qu’il nous plaît ? On pourrait se dire : « Oui, les beaux jours arrivent, ils s’allongent, il y a les ponts du mois de mai (trois cette année – 1er mai, 8 mai, Ascension -, on est gâtés !), c’est bientôt la fin de l’année scolaire, et après tout, en tant qu’êtres humains, nous sommes libres de faire ce que bon nous semble, nous ne vivons pas en dictature ni sous une pression morale comme il y a quelques siècles ».

D’ailleurs, depuis 46 ans (mai 68), nous savons bien qu’ « il est interdit d’interdire », que notre société a désiré s’affranchir de toute autorité (« ni Dieu, ni maître »), que la tolérance est de mise, qu’  « il faut bien vivre avec son temps », bref que la liberté est la reine (et la première) des vertus : « Liberté, égalité, fraternité » est la devise de la République.

 Oui, la liberté est une vertu fondamentale, et ce n’est pas non plus la Bible qui le contredit : « Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres », a dit Jésus (Jean 8, v.36). Il dit aussi (« aux Juifs qui avaient cru en lui » : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres » (v.31-32).

En Jésus-Christ, mort à la croix et ressuscité le jour de Pâques – nous nous en souvenons, c’était il y a quelques semaines -, nous sommes donc libérés du péché, des prisons dans lesquelles les hommes s’enferment si souvent comme la rancoeur, la haine, la violence, l’alcool, la drogue, le qu’en dira-t-on, l’orgueil, le légalisme, etc… Merci Seigneur !

 L’apôtre Paul ajoute des éléments intéressants à cette vérité fondamentale :

  • « Frères et sœurs, c’est à la liberté que vous avez été appelés. Seulement, ne faites pas de cette liberté un prétexte pour suivre les désirs de votre nature propre (la chair). Au contraire, soyez par amour serviteurs les uns des autres » (Galates 5, v.13).

  • « Tout m’est permis, mais tout n’est pas utile : tout m’est permis, mais je ne me laisserai pas dominer par quoi que ce soit » (I Corinthiens 6, v.12).

  • « Tout (m’)est permis, mais tout n’est pas utile ; tout (m’)est permis, mais tout n’édifie pas » (I Corinthiens 10, v.23).

  • « Que le péché ne règne donc plus dans votre corps mortel pour vous soumettre à lui par ses désirs. Ne mettez plus vos membres au service du péché comme instruments de l’injustice, mais au contraire livrez-vous vous-mêmes à Dieu comme des morts revenus à la vie et mettez vos membres à son service comme des instruments de la justice. En effet, le péché n’aura pas de pouvoir sur vous, puisque vous n’êtes plus sous la loi mais sous la grâce » (Romains 6, v.12-14).

En d’autres termes, la liberté chrétienne, c’est la liberté de ne pas/plus pécher, de ne pas être dominé par des vices, des addictions ou des prisons intérieures, c’est la liberté de pratiquer la justice, de faire du bien, d’être par amour au service de son prochain, de se rendre utile, d’édifier (c.-à-d. de faire grandir) soi-même et les autres, en un mot : de GLORIFIER Dieu par sa vie !

 En mai, « fais ce qu’il te plaît », sois libre, … pour GLORIFIER Dieu dans ta vie et celle des autres que tu rencontres, en les aimant et servant. Je nous souhaite à tous un « joli mois de mai » !

Christophe Hahling, pasteur