Nous venons de vivre un mois (janvier) pendant lequel des réunions inter-églises ont eu lieu.
Ces rencontres ont permis à celles et ceux qui les ont vécues de se rendre compte (une fois de plus) que nous ne sommes pas seuls, dans notre foi en Jésus-Christ, et par conséquent que nous faisons partie, en tant que chrétiens, d’une grande famille, celle des enfants de Dieu.
Ce sentiment d’appartenance familiale chrétienne se vérifie aussi lorsque nous pensons aux frères et sœurs qui vivent dans d’autres pays, proches ou éloignés, et qui ont à faire face à des situations ou problématiques très différentes des nôtres : minorité, pauvreté, injustices, violences, guerres, persécutions, …

Mais la famille de Dieu, elle est aussi (et en premier lieu) vécue au sein même de l’église locale, celle dans laquelle nous sommes engagé(e)s, ici dans l’Orléanais et aux alentours.
L’apôtre Paul écrivait aux chrétiens de Corinthe : ‘Or vous, vous constituez ensemble un corps qui appartient au Christ, et chacun de vous en particulier en est un membre (…) Si le pied disait : « Puisque je ne suis pas une main, je ne fais pas partie du corps », n’en ferait-il pas partie pour autant ? Et si l’oreille se mettait à dire : « Puisque je ne suis pas un œil, je ne fais pas partie du corps », cesserait-elle d’en faire partie pour autant ? Si tout le corps était un œil, comment ce corps entendrait-il ? Et si tout le corps se réduisait à une oreille, où serait l’odorat ? Dieu a disposé chaque organe dans le corps, chacun avec sa particularité, comme il l’a trouvé bon.’ (I Cor. 12, v.27 + v.15 à 18).
Ce que veut ici dire l’apôtre, c’est que chacun(e) est utile dans la famille de Dieu ! Oui, chacun(e) a sa place, dans l’église, chacun(e) peut (et doit) apporter sa contribution, chacun(e) peut (et doit) poser sa pierre pour que l’édifice (l’église) puisse être construit, édifié, et être solide !
Chacun(e) est également appelé(e) à prier pour ses frères et sœurs, et à être solidaire de ses peines, ses souffrances, et ses joies.

Tu dis que tu n’as pas de don ? Ce n’est pas vrai ! Car chacun(e), oui, chaque chrétien(ne) a au minimum reçu un don de la part du Seigneur, selon ce qu’affirme l’apôtre Pierre : ‘Chacun de vous a reçu de Dieu un don particulier : qu’il le mette au service des autres comme un bon gérant de la grâce infiniment variée de Dieu’ (I Pie.4, v.10).
Puissions-nous donc bien gérer la grâce infiniment variée de Dieu, en mettant au service des autres le(s) don(s) que nous avons reçu de Lui, pour que l’église grandisse de plus en plus (en quantité, en qualité, en maturité), ceci pour la gloire de Dieu dans notre région !

Christophe Hahling, pasteur

Share Button