laiciteDepuis les événements tragiques de début janvier à Paris, le mot (et la notion de) laïcité revient encore davantage sur le devant de la scène médiatique et politique.

Mais même avant ce qui s’est passé, des rendez-vous avaient été pris ; par ex., la municipalité de Saint Jean de la Ruelle avait annoncé déjà en 2014 la création d’un « conseil de la laïcité et du bien-vivre ensemble », conseil qui a eu lieu pour sa première rencontre le 24 janvier dernier, avec la participation de membres du conseil municipal (dont le maire), des représentants des cultes (dont ceux de notre église), et de la société civile. D’autres rencontres sont prévues, à raison d’une par trimestre, mais aussi l’organisation prochaine de conférences, débats, etc…, sur ce que la laïcité est et n’est pas, et sur le bien-vivre ensemble.

La laïcité, c’est le fait de permettre à chaque culte de pouvoir vivre dans la liberté d’expression, l’harmonie, conformément à la Loi de 1905 sur les associations cultuelles dite ‘de séparation des Eglises et de l’Etat’. De plus, l’art. 18 de la ‘Déclaration universelle des droits de l’homme’ du 10 déc. 1948 stipule que ‘Toute personne a le droit à la liberté de pensée, de conviction et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seul ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement de rites’.

Les 22-23 janvier dernier, d’ailleurs, le Conseil National des Evangéliques de France (CNEF) – qui regroupe plus de 70 % des évangéliques de notre pays (dont la Fédération des Eglises Evangéliques Baptistes – FEEBF – à laquelle notre église locale appartient) – avait organisé sa deuxième Convention nationale, à Pontoise, sur le thème ‘Liberté – Egalité – Laïcité’, et pour sous-titre ‘Libres de le dire’. Votre serviteur y était, parmi 700 autres participants. Exposés fort intéressants, entre autres, soulignant à la fois le respect des Autorités par les chrétiens et la liberté d’expression qui nous est garantie et dont nous sommes appelés à faire usage pour la cause de l’Evangile.

La liberté que la laïcité nous garantit, c’est donc la liberté non seulement de croire (en Dieu), mais aussi de dire notre foi et de la partager.

Et c’est également – et cela est très important à souligner – la liberté d’aimer, de faire du bien, d’aider, de soulager les souffrances, d’apporter la compassion, et ceci vis-à-vis de nos contemporains, qu’ils vivent dans notre commune ou qu’ils soient à l’autre bout de la planète. Oui, l’amour en action, au nom de l’Evangile de paix et d’amour de notre Seigneur Jésus-Christ !

Alors vive la laïcité, vive la liberté : celle de croire, mais aussi celle d’aimer !

Christophe Hahling