‘Je suis dans la joie quand on me dit : « Allons à la maison de l’Eternel ! »’
Cette exclamation bien connue de David (Psaume 122, v.1) est-elle la nôtre ? La maison de l’Eternel, dans la Bible, c’est sa demeure (autre traduction), donc l’endroit où habite le Seigneur, où il est présent.

Certes, en premier lieu, la maison de l’Eternel, dans l’Ancien Testament, c’est Son Temple, le lieu de Sa présence. Pour nous les chrétiens de la Nouvelle Alliance, on pourrait dire que c’est l’Eglise (le bâtiment, la salle, où nous nous réunissons le dimanche matin pour le culte).
Alors la question est posée à nous : sommes-nous dans la joie quand on nous dit : « Allons à l’Eglise », le dimanche matin, ou un autre jour de la semaine pour une réunion ?
Si nous répondons « oui », alors pour quelle raison sommes-nous joyeux d’aller à l’Eglise ? Réponse : – Parce que nous rencontrons le Seigneur, ainsi que nos frères et sœurs en Christ, et que nous pouvons adorer Dieu ensemble, chanter ses louanges, écouter et méditer Sa Parole, Le prier, partager le repas du Seigneur, et bénéficier de la communion fraternelle avec nos frères et sœurs.
Si nous répondons « non », alors soit c’est parce que nous ne sommes pas bien disposés à adorer Dieu et rencontrer nos frères et sœurs, soit parce que nous n’y retrouvons pas ce que nous attendons, soit parce que nous pensons que le Seigneur n’y est pas présent … et ce serait triste de penser ou de ressentir cela.

Ensuite, d’une manière plus générale, la maison de l’Eternel, cela représente tout simplement la présence de Dieu, le fait de savoir qu’Il est là, attentif à nos louanges et nos requêtes, à nos côtés dans nos joies et nos peines, et que nous ne sommes pas seuls dans la vie, avec toutes nos pensées, nos paroles, nos actions, et nos préoccupations.

Aller à la maison de l’Eternel, c’est aussi entrer dans Sa présence, dans l’intimité de sa chambre, par la lecture de Sa Parole et par la prière, communion avec Lui.

Alors … joyeux d’aller à la maison de l’Eternel ? C’est mon souhait pour nous tous, pour toute cette année scolaire 2017-2018 qui débute.
Christophe Hahling

Share Button