2017 – ANNIVERSAIRE DE LA REFORME
ET ELECTIONS
martin-luther-190x300

L’année qui débute est celle du 500ème anniversaire de la Réforme protestante. C’est en effet le 31 octobre 1517 que Martin Luther, alors moine et professeur de théologie, affiche ses 95 thèses aux portes de l’église de Wittenberg (Allemagne), événement qui sera le déclencheur de ce qu’on a appelé la Réforme protestante.
Mais déjà plus d’un siècle plus tôt, des hommes, tels Pierre Valdo et les Vaudois à Lyon et au nord de l’Italie, John Wycliff en Angleterre, Jean Hus en Bohème (rép. Tchèque), avaient essayé de réformer l’église d’alors, qui avait beaucoup dévié de ses fondements bibliques et apostoliques. Et Luther en Allemagne, puis peu après lui Zwingli à Zürich, Calvin à Genève, Bucer à Strasbourg (au 16ème siècle), ont donc approfondi cette réforme, en revenant aux sources de la foi, et en affirmant ce slogan si important : ‘Sola Gratia, Sola Fide, Sola Scriptura’ (= la grâce seule, la foi seule, l’Ecriture seule).
D’autres réformes ont aussi eu lieu dès le 16ème siècle avec les Anabaptistes puis les Piétistes au 17ème siècle (dont sont issues les églises Baptistes, par ex.), et d’autres encore plus tard, comme les Méthodistes (au 18ème siècle), et bien d’autres.
L’essentiel à retenir pour nous, aujourd’hui encore, au-delà des commémorations (comme par ex. tous les événements organisés depuis octobre dernier et jusqu’en octobre prochain dans l’Orléanais et ailleurs), c’est le pourquoi de ces réformes : le retour à la foi authentique en Jésus-Christ, celle que nous trouvons décrite et vécue par les apôtres dans les évangiles puis enseignée dans les épîtres.
Sommes-nous toujours enracinés dans la Parole de Dieu, pour notre foi et notre vie ? Nous sommes sauvés par la grâce de Dieu, au moyen de la foi, et la Bible est notre seule norme de vie, notre boussole : le croyons-nous toujours autant ?

Alors que cette année 2017 verra aussi des élections dans notre pays (présidentielle puis législatives), puissions-nous aussi, dans nos choix, avoir comme critère la fidélité à la Parole du Seigneur, en étant remplis de sa sagesse, son discernement, son amour. Certes, nous vivons dans une société laïque, où les valeurs de l’évangile ne sont souvent pas prônées ou vécues, mais nous sommes décrits par Jésus, en tant que chrétiens, comme étant le sel de la terre et la lumière du monde (Matthieu 5, v.13 à 16).
Comportons-nous donc ainsi, durant cette année 2017, en donnant toujours gloire à Dieu.

Christophe Hahling