« RESONNER DANS LA CITE : DE L’EMOTION A L’ACTION »


Ce titre est celui proposé pour le colloque d’automne organisé par l’ABEJ-Nationale (Association Baptiste pour l’Entraide et la Jeunesse, la branche sociale de notre fédération d’églises) et le Département Formation de la FEEBF (Fédération des églises évangéliques baptistes de France), qui aura lieu le samedi 5 octobre à Paris, où plusieurs parmi nous d’Orléans se rendront.

Etre « une église qui résonne dans la cité », c’est le mot d’ordre de la FEEBF pour toute cette année 2019. Et pour « résonner dans la cité », il ne suffit pas seulement d’être ému devant la misère que nous rencontrons, car il s’agit de pouvoir concrètement voir comment agir face aux nombreux besoins de nos contemporains, selon nos possibilités et capacités, bien sûr.
L’apôtre Jean l’a aussi formulé à sa manière, dans sa première épître : « Voici comment nous avons connu l’amour : Christ a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères et sœurs. Si quelqu’un qui possède les biens de ce monde voit son frère dans le besoin, comment l’amour de Dieu peut-il demeurer en lui ? Petits enfants, n’aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actes et avec vérité » (I Jean 3, v.16-18).

Ce mois d’octobre voit aussi l’organisation du culte spécial « Michée », pendant lequel nous pensons spécialement à celles et ceux, à travers le monde, qui souffrent de la misère et de la pauvreté.

Comment agir en faveur de toutes ces personnes, enfants et adultes, qui ne peuvent pas avoir une vie décente, ou qui sont victimes d’injustices ou de guerres ?
Par exemple, en soutenant des ONG qui travaillent en leur faveur, en parrainant un enfant, en achetant des produits du commerce équitable pour leur permettre de vivre de leur travail.
Quant à l’engagement que nous pouvons avoir envers les personnes qui souffrent à nos côtés ici en France, il suffit de le vouloir, et les occasions ne manquent pas : aide matérielle à apporter, visites à effectuer, temps consacré à leur écoute, intérêt porté à leur encontre, et bien sûr amour sincère (‘avec vérité’, comme le dit l’épître de Jean).

Tout ceci étant arrosé de prières en leur faveur adressées à notre Père céleste.
C’est ainsi que nous pourrons « résonner dans la cité », en passant « de l’émotion à l’action », et ceci au nom du Seigneur Jésus (cf. aussi Matthieu 25, v.31-46).

Christophe Hahling, pasteur

Share Button