Etre sel

Matthieu 5, v.13

Sel de la terre

Une des missions importantes des chrétiens est d’être sel, selon ce qu’a demandé le Seigneur Jésus dans le texte bien connu de Matthieu 5, v.13 : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors et piétiné par les hommes ».

Qu’est-ce que cela veut dire, qu’est-ce que cela implique ?

Le sel a deux fonctions principales : prévenir de la pourriture, et donner du goût.

Prévenir de la pourriture. On pourrait aussi dire, empêcher (ou réduire) la corruption, c.-à-d. tout ce qui fait que quelque chose se désagrège, se décompose, oui pourrit et se corrompt. Le Défi Michée, sur lequel notre culte du 12 octobre se concentrera, a axé depuis maintenant 3 ans son action sur la lutte contre la corruption, et ceci en lien avec la pauvreté dans le monde ; en effet, la corruption (par des détournements de fonds, par les paradis fiscaux, par les pots-de-vin, etc…) tue, elle empêche des millions de personnes de manger à leur faim, de recevoir une éducation, les entraînant inexorablement dans la pauvreté et la misère. Puissions-nous, en tant que chrétiens, non seulement lutter (avec des moyens légaux et non violents) contre la corruption qui sévit dans le monde et même dans notre pays, mais également vivre nous-mêmes dans une attitude respectueuse de notre prochain, généreuse, honnête et transparente, bref dans une attitude chrétienne.

Du 19 au 26 octobre, notre église sera engagée dans une action de citoyenneté et de témoignage importante, intitulée ‘City Station’, en collaboration avec l’organisation évangélique ‘Jeunesse pour Christ’. Là aussi, le but est d’empêcher la pourriture de se développer, en nettoyant la Loire ou les rues, en apportant la joie du Seigneur auprès des enfants, des personnes âgées, des malades, des prisonniers, en donnant la possibilité à nos contemporains de lire la Parole de Dieu, qui régénère et transforme des vies, en témoignant de ce que Dieu a fait dans nos vies, par le conte, par la musique, etc…

Donner du goût. Un met non salé se mange plus difficilement. Le chrétien a d’abord la possibilité de ‘goûter et constater combien le Seigneur est bon’ (Psaume 34, v.9), puis, suite à cette expérience, de donner du goût à la vie de ses contemporains, de les ‘saler’, puisqu’il a le privilège de connaître le Dieu du goût, le Seigneur de la vie, celle qui a un sens et qui vaut la peine d’être vécue, qui est joyeuse et remplie d’espérance, grâce à Jésus-Christ venu sauver l’humanité.

Là aussi, lors de la campagne ‘City Station’, nos voisins, les gens de notre environnement, nos connaissances, auront la possibilité de découvrir une vie épanouie, heureuse, puisque ancrée dans le Seigneur qui a promis la vie en abondance (Jean 10, v.10).

Il y aurait même une troisième fonction du sel qui pourrait être évoquée, qui est liée à nos routes et trottoirs gelés en hiver : quand la saleuse passe pour y répandre du sel, c’est dans le but de nous empêcher de glisser, de tomber, ou de faire des accidents.

Appliquée à nos vies, cette illustration nous encourage à saler de l’Evangile les routes des vies de nos prochains, pour leur éviter de glisser, de tomber ou de faire des accidents, c.-à-d. des faux pas, des erreurs, des péchés.

Soyons donc sel, et ne perdons pas notre saveur !

Christophe Hahling, pasteur

Share Button