Tass SaadaUn ancien combattant du Fatah raconte :

Le Palestinien Tass Saada passe les premières années de sa vie dans la bande de Gaza et dans divers pays du Moyen-Orient. A dix-sept ans, il rejoint (sans l’aval de ses parents qui le chercheront pendant deux ans) les combattants de la résistance de Yasser Arafat et devient un membre fanatique du Fatah. Il se réclame imperturbablement de la devise : « Seul un Juif mort est un bon Juif. »
Au sein de cette organisation, il est d’abord tireur d’élite, puis il devient le chauffeur attitré de Yasser Arafat.
Des années plus tard, sa vie est complètement transformée alors qu’il travaille aux Etats-Unis. Devenu chrétien, sa haine féroce se transforme soudain en amour des juifs et des chrétiens, ses anciens ennemis. Cette expérience le ramène dans son ancienne patrie.
Peu avant la mort de Yasser Arafat, il a encore eu l’occasion de lui rendre visite et de lui parler de la foi qui l’habite.
Il s’installe définitivement avec son épouse dans la bande de Gaza où ils fondent une école, un centre culturel et un restaurant. Désormais, il ne forme plus les enfants au maniement de la kalachnikov, mais il s’efforce de semer l’espoir en œuvrant à la réconciliation au travers de l’œuvre qu’il a fondée, Hope for Ismaël.

(Pour voir l’interview de l’auteur sur ZE MAG – émission de TV chrétienne- , cliquer ici)

 

 

 

Share Button